ようこそ – 환영 – Bienvenue

Bienvenue sur ce blog !

Journal d’une botte 29 décembre 2009

Filed under: Écritures/Textes — Laure @ 07:00
Tags: ,

Une petite rédaction sur l’histoire d’une botte 😉 Où plus exactement, son journal intime !

2 Février

Enfin, je suis sortie de ce carton ! Autour de moi, il n’y a que des clones de ma personne. Ils sont tous alignés. Je fais partie d’une collection automne-hiver de chez « dirtyless », un modèle de pied gauche, des bottes de haute qualité. Je suis faite de caoutchouc. Une bande blanche fait le tour de ma semelle et je suis verte, comme les épinards. Un homme m’a prise et m’as placée à côté des autres. Il m’a accrochée avec un pied droit. On a discuté longuement tous les deux.

15 Février

En face, il y a des bottines pour femmes, l’une d’elles me plaît bien. Elle a un haut talon, des paillettes sur le devant, et son regard scintillant m’a charmée dès que je l’ai vue. Mais elle ne m’a pas remarqué. Toujours pas vendue. Je désespère. Même soldée, on ne veut pas de moi.

27 Février

Ma chère bottine a été vendue. Je me sens seule. Heureusement, ma sœur jumelle me console quelques fois.

2 Mars

Le jour que j’attendais est arrivé, j’ai été acheté ! Mon maître était un homme, assez costaud, des joues bien roses, il avait un air campagnard. J’ai salué toutes mes copies, elles m’ont lancé des regards froids, elles étaient jalouses.

3 Mars

Première sortie. Mon maître nous a enfilées à ses pieds. La chaussette qui enrobait le pied était toute douce. Quand il se mit à marcher, mon maître nous a traînés dans la boue. Il marchait dans des champs, des étables et même dans des bouses de vaches ! Ma vie de botte commence bien !

12 Avril

Ce matin, impossible de retrouver ma jumelle. Elle n’était plus à côté de moi, dans l’entrée de la maison. Quand le maître est arrivé, il a cherché partout dans sa cuisine, dans sa chambre, il a demandé à sa femme. Mais ma jumelle était introuvable. Alors il a pris d’autres chaussures. J’étais déçue de ne pas aller me promener – même dans la bouse de vache – voire vexée ! Le soir, le maître est arrivé avec ma jumelle, mais celle-ci avait la semelle trouée. Mécontent, le maître nous a lancées dans le cagibi, ayant des scrupules à nous jeter du premier coup dans la poubelle. La femme de mon maître m’a vue là, plantée comme un malheureux. Elle m’a dérobée et m’a remplie de fleurs. Au moins, je sers encore à quelque chose !

13 Avril

Un femme étrangère est venue aujourd’hui. Elle est restée devant la porte de la maison, juste sous mon nez. Elle portait un paquet avec une étiquette où l’on pouvait lire « Joyeux anniversaire Tonton » et attendait sagement qu’on lui ouvre. Soudain, je fus surpris par un détail. Cela m’en donna un frisson de plaisir. Cette femme portait des bottines. De si belles bottines…

Publicités