ようこそ – 환영 – Bienvenue

Bienvenue sur ce blog !

Le singulier destin de Gestalt – Chapitre I 3 décembre 2009

Filed under: Écritures/Textes — Laure @ 08:00
Tags: , ,

Vous savez quand on est au collège/lycée, on doit rédiger des histoires ? Bon, mauvais souvenir ? En tout cas, il y a de quoi être fier (ou pas xD) quand on les relit plus tard ! Et donc voici une de mes nouvelles, qui est l’une des plus récentes. Elle est assez courte, mais elle sera tout de même en plusieurs partie ;P

Enjoy 😉

Le singulier destin de Gestalt

Chapitre I

C’était le soir. Nous nous regroupions à l’endroit habituel. C’était à ce moment-là que Gildas venait nous donner le grain. Nous étions nombreux, tous des étalons, alors il y avait de l’agitation autour de la mangeoire. L’idée d’avoir sa ration de grain était obsessionnelle à cet instant. Mais j’avais toujours réussi à l’obtenir. Il suffisait d’aller sur les côtés de la mangeoire et de s’y appuyer pour faire glisser le grain. Aucun des autres chevaux ne s’en rendait compte. De cette manière-là, je ne me faisais pas brusquer et n’étais victime ni de morsures, ni de coups. Il y avait quelques temps, Gildas avait essayé de mettre plusieurs auges, aux quatre coins du pré. Mais le résultat fut le même. Quand certains chevaux avaient vidé leur auge, ils allaient empiéter sur celle des autres. Quand il ne restait plus rien, de sévères combats avaient lieu. Le bilan était pire, l’ancienne méthode restait donc la meilleure. Certains mâles dominaient, alors ils se disputaient la place du chef du troupeau. Gildas n’avait pas trouvé le moyen pour que nous nous apprécions. Depuis, dès qu’il avait vidé son sac, il s’empressait de sortir du champ.

Gildas était notre maître. Un jour, une femme a crié à notre maître son prénom, ainsi, nous l’appelions aussi « Gildas ». Cette femme ne manquait pas l’occasion de crier sur notre maître. Elle semblait assez exigeante. À chaque fois que nous la voyions, elle était vêtue d’une tunique beige, cachée par un tablier rayé rouge bordeaux et bleu ciel. Je ne l’appréciais pas vraiment. Dès qu’elle l’appelait, notre maître devait vite partir et nous laisser. Alors nous étions tristes de le voir partir. Nous aimions beaucoup sa compagnie !

Gildas était plutôt trapu, et avait des mains de paysan, tant il travaillait. Son visage était anguleux, mais il émanait de ses yeux de la bonté. Il s’habillait en permanence d’une veste grise qui lui venait presque jusqu’aux genoux et d’un pantalon si petit que l’on voyait ses chausses dépasser de ses bottes noires. Il prenait grand soin de nos affaires et de ce qui nous appartenait. Il était affectueux. Il nous nourrissait, nous pansait et nous dressait. Il semblait réjoui à chaque fois qu’il venait s’occuper de nous. Et c’était réciproque ! Tout ce qu’il demandait, nous le faisions avec enthousiasme ! Il était le seul à s’occuper de nous, dans ce haras. Excepté Mr. La Vigne, qui était le maréchal ferrant de ce lieu. D’ailleurs, son nom était plutôt surprenant pour le métier qu’il pratiquait. Bref, notre préféré était Gildas, et aucun autre homme ne le remplacerait.

Je suis très fier que ce soit lui qui m’ait donné mon nom : « Gestalt ». Je ne sais pas ce que ce nom signifie mais il évoquait pour Gildas la campagne bavaroise, dont son père parlait tant. Tous les autres chevaux du haras ont des noms composés mais je préfère largement le mien. En fait, je n’en connais pas tant que ça, puisqu’autrefois je ne voyais que les étalons de mon champ. Les autres chevaux, poulains et juments étaient dans des champs séparés du nôtre. Nous essayions souvent de les appeler, mais les champs étaient si éloignés que l’on percevait à peine les réponses. Je n’avais que deux amis « Tornade de Juin » et « Vent frais du matin ». Sincèrement, je n’aime pas leur noms. Il n’y a vraiment que le mien qui fasse distingué !

Publicités
 

4 Responses to “Le singulier destin de Gestalt – Chapitre I”

  1. Emilie Says:

    Oh, ça commence bien comme histoire, j’ai envie de lire la suite ! Au fait, c’est vrai, ça veut dire quoi, « Gestalt » ? ^^

  2. Laure Says:

    « Gestalt » veut dire « forme » en allemand 🙂 En fait, je cherchais un nom assez original pour le nom du cheval, et j’ai demandé conseil à Maud. Et en toute bonne étudiante en psychologie, elle me propose ce nom « Gestalt ».
    D’après wiki :
    « La psychologie de la forme (Gestalttheorie) est une théorie générale qui offre un cadre pour différentes connaissances psychologiques et leur emploi. L’être humain y est compris comme un système ouvert ; l’homme interagit activement avec son environnement. »
    Pour plus d’infos, contacter Maud :mrgreen: (voir lien vers son blog)

  3. Anne Says:

    Ah ! C’était pas l’histoire que tu avais à écrire en seconde ou première ?
    Moi je connais la fin ;p


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s